Road

Pour aider notre aminette Carinne qui a récemment emménager en Bretagne

Notre route sur le sillon Talbert continue après une halte à Lézardrieux

20170613_103739

Lézardrieux se situe au nord des Côtes-d'Armor dans la presqu'île sauvage du Trégor. La ville est nichée au bord l'estuaire du Trieux, sur la rive gauche, et à quelques kilomètres seulement du lieu où il se jette dans la Manche. C'est à Lézardrieux que se situe, depuis 1840, le seul pont traversant le Trieux sur plusieurs dizaines de kilomètres. En effet, avant, pour pouvoir franchir le fleuve, il fallait aller jusqu'à Pontrieux à 15 kilomètres à l'intérieur des terres. Cela fait donc de Lézardrieux un point de passage important pour le trafic routier de la région. De même Lézardrieux présente l'atout non négligeable de posséder le seul port en eau de la région, protégé des vents et des tempêtes étant donné qu'il se trouve dans le bassin fluvial du Trieux et néanmoins à peu de kilomètres de la mer (et notamment du magnifique archipel de Bréhat et de l'estuaire sauvage du Trieux). (wikipédia)

20170613_103526

lezardrieux_214062

th

pict7540

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (de la fin du XVIe siècle) avec son clocher-mur.

280px-Pont_de_Lézardrieux_2008_2

Le pont de Lézardrieux est un pont suspendu sur le Trieux construit entre 1836 et 1840, profondément modifié en pont à haubans de type Gisclard en 1925

Brassens_Lézardrieux

La maison de Brassens a gauche

Le chanteur appréciait la tranquillité des habitants, le temps gris... et la charcuterie locale: "il prenait deux saucissons à l'ail en arrivant", des mètres de saucisses durant son séjour estival et "40 à 45 saucissons en partant, pour offrir à ses amis, c'était un rituel", se souvient Michel Le Grand, 67 ans, l'ancien boucher-charcutier de Lézardrieux, qui les livrait à domicile, à "KerFlandry".

En contrebas d'une falaise boisée, la haute bâtisse traditionnelle à la façade blanche et aux volets bleus, que le chanteur avait achetée en 1971, borde la grève et les eaux du Trieux, à deux pas du port de plaisance.

Chaque matin, vers 7 heures, "Georges partait prendre son café à Paimpol" avant de "travailler tranquille" chez lui ou de se reposer, raconte son ancien voisin Gérard Beauverger, bientôt 89 ans.

"Le soir, il descendait sur la grève avec son caniche noir qui se baignait, tournait en rond dans l'eau et ne voulait pas rentrer", rigole-t-il encore. (le point)

Et nous nous quitterons sur cette note florale à l'entrée de l'église

20170613_103700

20170613_103708